Veille au Grain

Dix huit communes de Bourgogne Franche Comté vers le 0 Phyto

Reportage par l’association Veille au grain avec l’aide de l’ONEMA et d’ECOPHYTO PRESENTATION

Se passer des phytosanitaires, c’est possible !
Dix huit communes de Bourgogne-Franche-Comté en témoignent. C’est un chemin à découvrir, un problème de terrain : Espaces verts, promenades, voiries, lieux accessibles ou ouverts au public, autant de lieux qui diffèrent par leur nature et leur usage.

Les moyens aussi sont multiples et le choix ne peut se faire à priori derrière un bureau car il n’y a pas de solution miraculeuse, et il faut, sur le terrain, expérimenter, apprendre, comprendre la diversité des situations, choisir l’outil et la méthode les mieux adaptés.

Il faut parfois innover, modifier l’occupation du terrain, accepter davantage de temps et d’efforts ou même passer des compromis avec les « mauvaises herbes » que l’on apprend aussi à connaitre et à considérer d’un autre œil.

C’est aussi l’occasion, pour les élus et les techniciens, de se lancer dans une aventure commune, et de communiquer avec la population. Quelques « mauvaises herbes » ne seraient elles pas plus tolérables que ces pesticides invisibles mais nocifs pour la santé ?

Voilà le sujet de ce film que « Veille au Grain » a tourné avec l’appui du Conseil Régional de Bourgogne , du plan Ecophyto et l’aide de dix huit communes de Bourgogne- Franche-Comté . Qu’elles soient villes, bourgs ou villages, elles se sont lancées avec courage parce qu’elles avaient fait le choix de ne plus se servir de ces produits dits phytosanitaires . Elles ont placé en premier la santé de leurs employés, de leurs administrés ainsi que la qualité de l’eau qui ruisselle sur leur territoire avant la facilité de l’emploi de ces substances toxiques.

La loi « Labbé » , puis la loi de transition énergétique ont prévu que l’usage des produits « phytosanitaires » sera interdit par ou pour les personnes publiques dès 2017. Nous espérons que ce film pourra aider ceux qui appréhendent cette disposition, qu’ils soient élus, techniciens ou simples « jardiniers » (pour ces derniers ce sera en 2019) à envisager positivement ce renoncement qui se révèle en fait une libération selon ceux qui l’ont déjà pratiqué.

NB : Les communes d’ Asquins, Chenôves, Clamecy, Lons le Saunier,Lure, Mâcon,Malbrans, Monnières , Quetigny,Nans sous sainte Anne , Sancé, Saint-Boil, Saints-en-Puisaye, Salornay-sur- Guye, Saules, Sauvigny-le-Bois, Talant, Toucy, ainsi que l’agence de l’eau Rhône, Méditerranée, Corse ont collaboré à ce film. Leurs élus et leurs techniciens en sont les acteurs bénévoles et nous tenons à les remercier chaleureusement ici même.